souspeçon


souspeçon
Souspeçon, Suspicio, Opinio, voyez Suspection.
Ce souspeçon la ne pouvoit cheoir sur personne, Erat nemo in quem ea suspicio conueniret.
Sur qui chet le souspeçon, Ad quem suspicio maleficij pertinet.
Le souspeçon et blasme d'avoir tué cestuy cy, tombe sur ceux qui s'enfuyent, Huius mortis causam fugitiui sustinent.
Il y a souspeçon, Subest suspicio.
Avec souspeçon, Suspiciose.
Contre lequel il n'y pouvoit avoir aucun souspeçon, A qua suspicione ille aberat plurimum.
Sans qu'il y ait lieu de souspeçon, Sed ne suspiciose quidem.
Bailler plus grand souspeçon, Augere suspicionem rei alicuius.
On cueillira les souspeçons du fait mesme, Ex facto ipso suspiciones ducentur.
Donner souspeçon à aucun, Suspicionem alicui relinquere et afferre.
Cela me donne souspeçon, me met en fantasie, Percutit animum meum haec res.
Faire qu'on n'ait plus de souspeçon sur aucun, Suspicionem ab aliquo amouere.
Mettre en souspeçon quelque chose sur aucun, Adducere in opinionem rem aliquam, Suspicionem facere, inferre, iniicere, Mouere alicui suspicionem.
Mettre les gens en souspeçon qu'on a crainte d'eux, Suspicionem timoris dare.
Ils ont mis la chose en tel souspeçon, qu'ils, etc. In eam opinionem rem adduxerunt, vt, etc.
Se mettre hors de souspeçon, Exoluere se suspicione, Suspicionem a se segregare.
Oster quelque chose de souspeçon, Auertere rem a suspicione.
Rejecter sur un autre le souspeçon qu'on avoit sur aucun d'avoir baillé quelque poison, Suspicionem veneni transferre in alterum.
Il me vient en souspeçon, voyant la chose comme elle alloit, Suspicio incidit mihi ex ipsa re.
Par souspeçon, Suspiciose.

Thresor de la langue françoyse. .

Regardez d'autres dictionnaires:

  • soupçon — (sou pson) s. m. 1°   Au sens actif, action de soupçonner. Un coeur exempt de soupçon. •   Le soupçon, ce monstre sans pitié, Loge bientôt la haine où logeait l amitié, MAIRET Soliman, II, 7. •   Ne m assassinez point, je vous prie, par les… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • aplanissement — aplanir [ aplanir ] v. tr. <conjug. : 2> • XIe; de 1. a et plain, plan 1 ♦ Rendre plan ou uni (en faisant disparaître les inégalités, les aspérités). ⇒ égaliser, niveler. Aplanir un chemin, un terrain, une plage. 2 ♦ (1644) Fig. Faciliter… …   Encyclopédie Universelle

  • rejeter — [ r(ə)ʒəte; rəʒ(ə)te ] v. tr. <conjug. : 4> • v. 1200; lat. rejectare → jeter I ♦ Jeter en sens inverse (ce qu on a reçu, ce qu on a pris). 1 ♦ (En lançant). ⇒ relancer, renvoyer. Rejeter un poisson à l eau. ♢ (1538) Fig. Faire retomber sur …   Encyclopédie Universelle

  • confire — (kon fi r ), je confis, tu confis, il confit, nous confisons, vous confisez, ils confisent ; je confisais ; je confis, nous confîmes ; je confirai ; je confirais ; confis, confisons ; que je confise, que nous confisions ; que je confisse ;… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • défiance — (dé fi an s ) s. f. Crainte, doute qui fait qu on ne se confie qu après examen et réflexion. •   Je l avoue, il est vrai, j étais sans défiance, RÉGNIER Élég. 3. •   [Il] .... donne lieu d entrer en quelque défiance Des secrètes raisons de tant d …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • encourir — 1. (an kou rir) v. a.    Il se conjugue comme courir. 1°   Tomber, par quelque méfait, sous le coup d une pénalité. Encourir les peines portées par la loi. Encourir une amende. •   Ils ne doivent point encourir la peine de cette bulle, PASCAL… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • flan — 1. (flan) s. m. Terme de pâtisserie. Tarte faite avec de la crème fouettée, des oeufs et de la farine. HISTORIQUE    XIIIe s. •   De chaus flaons à bone mine, BARB. Fabliaux, IV, 91.    XIVe s. •   Tout li froisse et esmie les costes et les flans …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • imagination — (i ma ji na sion ; en vers, de six syllabes) s. f. 1°   Faculté que nous avons de nous rappeler vivement et de voir en quelque sorte les objets qui ne sont plus sous nos yeux. •   Je crois, monsieur, que vous n avez pas l imagination si tendre qu …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • jour — (jour ; au pluriel, l s ne se lie pas : des jour heureux ; cependant plusieurs la lient : des jour z heureux) s. m. 1°   Clarté donnée à la terre par le soleil. 2°   Espace de temps qui s écoule entre le lever et le coucher du soleil. 3°   Espace …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • représenter — (re pré zan té) v. a. 1°   Présenter de nouveau. Ne me représentez plus cet homme là. 2°   Exhiber, exposer devant les yeux. Représenter sa patente, son passe port, son certificat de vie.    Représenter quelqu un, le faire comparaître… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.